Sources

La recherche généalogique fait d’abord appel aux documents les plus récents sur les origines de la famille, donc aux registres de l’état civil. Les recherches avançant, ce sont les registres paroissiaux qui doivent être consultés pour les actes enregistrés avant 1793. L’exploration des différentes branches de la famille se complique car certains actes sont alors rédigés en latin. Enfin, avant la fin du seizième siècle, les évènements familiaux (baptêmes, mariages et sépulture) n’étaient pas enregistrés. C’est à cette période que beaucoup de patronymes se sont formés et déformés.

Heureusement, les notaires des 15e et 16e siècle deviennent d’un grand secours. Ils nous permettent d’établir la filiation des familles mais surtout de connaître plus en détail leur vie quotidienne, l’étendue de leurs biens.

Alors la recherche généalogique quitte l’activité routinière de la construction des arbres généalogiques pour nous faire endosser le rôle de "micro-historien" de notre famille. Activité plus complexe mais plus passionnante, qui nous amène à explorer de multiples sources de documentation, à parcourir de très anciens documents d’archives créés avant l’invention de l’imprimerie. Ils sont généralement rédigés en ancien français, en latin et pour certains en ancien dialecte allemand.

Si Internet est d’un grand secours dans la partie préliminaire de la construction des arbres généalogiques, il n’est pas d’une grande utilité dans la seconde partie de la recherche car peu (ou pas) d’archives ont été numérisées et mises à la disposition du public sur Internet. Ce qui est compréhensible car ce sont des kilomètres d’étagères d’archives anciennes, souvent inexplorées qu’il conviendrait de numériser.


Sites favoris


12 sites référencés dans ce secteur