Lettre de fief du 21 mai 1550 à Jehan de la Velle et Jehan Billeboz Richard-Guénin

lundi 23 janvier 2006
par  JML

Sur cet extrait de l’original de la lettre de fief, on voit la première mention officielle du patronyme "de la Velle" : il s’agit de Jehan de la Velle fils de feu Etienne Girardin...


Voir la page 1 de la lettre de fief de 1524 à Richard Richard-Guenin

Voir la page 2 de la lettre de fief de 1524 à Richard Richard-Guenin

Voir la vue générale de la lettre de fief de 1550 à Jehan dit Billeboz Richard-Guenin et Jehan de la Velle dit Richard-Guenin

Voir la page 1 de la lettre de fief de 1550 à Jehan dit Billeboz Richard-Guenin et Jehan de la Velle dit Richard-Guenin

Voir la page 2 de la lettre de fief de 1550 à Jehan dit Billeboz Richard-Guenin et Jehan de la Velle dit Richard-Guenin

Voir la page 3 de la lettre de fief de 1550 à Jehan dit Billeboz Richard-Guenin et Jehan de la Velle dit Richard-Guenin


JPEG - 20.8 ko
Lettre de fief de 1550

Extrait de la lettre de fief à Jehan dit Billeboz Richard Guenin et à Jehan de La Velle.

Le 21 mai 1550, le P. Etienne Barnard, prémontré et notaire juré, signe au nom de l’abbé Jean Gogniat et de l’abbaye un contrat qui

" prête, laisse, accense, amodie et pour ses successeurs abbey et aptes venant le fief de Bois Derrier à Girard, Jean dit Billeboz, Richard Guenin et Claudat, tous frères et fils de feu Jean Richard Guenin, de Saignelégier et à Jean de La Velle fils de feu Etienne Girardin... dudit lieu pour l’autre moitié. Ces lieu et tènement gisent dans les bornes et limites de l’abbaye. Les dessus nommés les acceptent et reçoivent agréablement pour eux et leurs hoirs mâles, légitimement descendant de leurs corps".

Suit l’énumération des terres qui enclosent

" Bois Derrier", devers midi, devers vent, devers minuit, devers bise, avec les noms des fiéteurs : Jobin, Bonnemain, Voirol des Genevez, Henri Vuillemin de Lajoux et Petit Guenin Gigandet des Genevez. La rente annuelle et perpétuelle s’élève à trente sols, monnaie de Bâle, et deux chapons, à rendre et à payer chaque année à la Saint-Martin d’hiver " en notre dit monastere ". De plus, les retenants et leurs hoirs s’engagent à bien maintenir toutes les pièces du fief " affin que nous et nos successeurs puissions toujours jouyr de la dite cense dessus nommez ". Ils paieront la dîme de toutes les graines récoltées. Ils promettent de ne vendre, ni d’engager, ni d’aliéner le bien sans l’autorisation et l’assentiment du monastère. Ils seront astreints à reprendre chaque fois que la main changeras soit par cession ou trépas de l’abbé. La reprise se fera sans fraude six semaines après le décès " autant que la cense dessus vaulx et argent selon les droits et usances dudit monastère de Bellelay ". Un porteur répondra du cens : Jean de la Velle pour son compte qui est la moitié et Jehan Billeboz pour lui et ses autres frères pour l’autre moitié. Et après eux sera toujours un autre porteur. Au cas où les retenants ou leurs hoirs mâles feraient défaut aux points, conditions et articles que dessus, soit en un ou plusieurs, ledit prêt sera de nulle valeur et seront les présentes lettres cassées. " Promectons, Nous ledit Abbey en foy et honneur de prélat pour Nous et nos dits apres venants de tenir et avoir pour agreable cestuy present prest sans corrumpre ny faire a contraire en maniere quelconque par la vertuz des présentes lettres, lesquelles en signe et tesmoingnaige de veritey sont ces presentes seelez du seel de Nous Abbey et couvent dessusdit en pendant en icelles. Que furent faicte, donner et passez a lieu dudit Bellelay en notre petit poille hault, le mecredi devant la Pentecoste que fut le vingt et unghiesme (21e) jour du moy de mey, lan mil cinq cents et cinquante, environ huit heures, etc. Amsin (ainsi) seelez de deux seel de cire verde. "

Lettre de reprise de fief

Quand " la main changeait ", le plus souvent après décès, les fils étaient placés sous la responsabilité d’un curateur. Ils devaient attendre leur majorité pour devenir porteurs du fief. Une lettre de reprise établissait alors un constat, un nouveau contrat qui, dans son essence, ne modifiait pas l’ancien. C’est le cas de la lettre de reprise du 8 juin 1570.

" Guenin Richard Guenin de Saignelégier, comme vouhard des enfans de feu Richard son frère a reprins pour tt au nom de Ursanne et jehan, filz de feu ledit Richard, de reverend Pere en Dieu et Sieur Monsieur Anthoinne Fotelz, humble Abbey du monaistere de Bellelay, aptes le deces et trespas dudit Richard, cest assavoir pour leur droit et afferand du lieu es Richard Guenin quils tiennent de nous en fiedz ou lieu dict es joulx Derrier et quest deans nos limittes, letout selon le contenu de leur lettre feodale. Et a donner de reprinse iii sols ix deniers. Faict et passer audit Bellelay le huictieme jour du mois de jung lan mille cinq cens septante. Presents honnorable homme jehan de La Velle, maître bourgeois de la Franche Montaigne des Bois. Tesmoingtz ad ce appelez et requis. "

La lettre de remise mettait éventuellement fin aux charges et aux privilèges attachés au fief.


Commentaires  forum ferme

Sites favoris


16 sites référencés dans ce secteur

Brèves

3 octobre 2006 - Le site génére maintenant un fil RSS vous permettant de connaitre les derniers documents créés.

Le site de généalogie et d’histoire des familles "de la Velle et Richard-Guenin" génére un fil RSS (...)

6 mai 2006 - L’horloge planétaire de St-Petersbourg exposée à l’église du collège jésuite de Porrentruy

Porrentruy, ancienne Eglise des Jésuites 29 avril au 17 mai 2006 Heures d’ouverture : Lundi au (...)