La terreur sous la révolution française

lundi 25 septembre 2006
par  JML

Extrait de Wikipedia sur la révolution française.


Se définissant par ses institutions et ses politiques économiques et sociales, autant que par son rapport aux violences et à la vie culturelle, la Terreur désigne une réalité aux limites difficilement définissables. Par exemple, l’Assemblée nationale constituante décrète l’instauration de la loi martiale dès le 21 octobre 1789, et elle est appliquée jusqu’en 1793. Toutefois, le terme a pu être employé pour qualifier deux courtes périodes de la Révolution française au cours desquelles la France est gouvernée par un pouvoir d’exception reposant sur la force, l’illégalité et la répression.

On distingue deux phases de Terreur :
la première va de la déchéance du roi, le 10 août 1792, à la proclamation de la République, le 21 septembre 1792. Un tribunal criminel extraordinaire est institué le 17 août 1792, mais son manque d’ardeur à punir les royalistes, qui exaspère le peuple, conduit aux Massacres de septembre.
La seconde va de l’élimination des députés girondins le 2 juin 1793 à l’arrestation de Robespierre le 27 juillet 1794. Cependant, le Tribunal révolutionnaire est institué le 10 mars 1793, la Terreur est mise à l’ordre du jour le 5 septembre 1793, et le décret relatif à l’organisation du gouvernement révolutionnaire est présenté le 4 frimaire an II (24 novembre 1793). La deuxième Terreur est celle du gouvernement révolutionnaire ; les libertés sont alors suspendues et une politique de lutte contre les dangers intérieurs et extérieurs menaçant la République est instaurée. Les personnages marquants de la Terreur, appelés aussi « terroristes » sont notamment Robespierre, Saint-Just, Couthon, Collot d’Herbois, Fouché, ou Billaud-Varenne. La Terreur représente également (avec la loi sur le maximum [1]) une prolongation des avancées de la Révolution dans le domaine social.

Robespierre a défini les objectifs de la Terreur dans un discours resté célèbre, prononcé à la Convention nationale, le 25 décembre 1793 (extraits) :

« Le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République ; celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder. [...] Le gouvernement révolutionnaire doit au bon citoyen toute la protection nationale ; il ne doit aux Ennemis du Peuple que la mort. Ces notions suffisent pour expliquer l’origine et la nature des lois que nous appelons révolutionnaires [...]. Si le gouvernement révolutionnaire doit être plus actif dans sa marche et plus libre dans ses mouvements que le gouvernement ordinaire, en est-il moins juste et moins légitime ? Non ; il est appuyé sur la plus sainte de toutes les lois : le salut du Peuple. »


[1« Les objets que la Convention nationale a jugés de première nécessité et dont elle a cru devoir fixer le maximum sont : le pain, la viande, le vin, les grains, les farines, les légumes, les fruits, le beurre, le vinaigre, le cidre, l’eau-de-vie, le charbon, l’huile, le savon, le sel, les viandes et poissons, le miel, le sucre, le papier, le chanvre, les laines, les cuirs, le fer et l’acier, le cuivre, les draps, la toiles et toutes les étoffes, les soieries exceptées. Le maximum du prix des denrées et des marchandises sera le prix que chacune d’elles avait en 1790. »


Navigation

Articles de la rubrique

  • La terreur sous la révolution française

Sites favoris


55 sites référencés dans ce secteur

Brèves

1er février 2008 - de mars à août 2008-Exposition Blarer de Wartensee à Porrentruy

L’Hôtel-Dieu de Porrentruy consacre une grande exposition au prince-évêque décédé il y a 400 ans Le (...)

31 mai 2007 - Calendrier des manifestations à Saignelégier (JU) en 2008

A noter en particulier le Marché-concours national de chevaux des 8-9-10 août 2008 à (...)

31 mai 2007 - Le marché concours du cheval "Franche-Montagne" aura lieu les 7-8-9 août 2009

Thurgovie hôte d’honneur de l’édition 2009 Le Canton de Thurgovie sera l’hôte d’honneur de (...)

31 mai 2007 - Saint-Ursanne la Fantastique -se veut également artistique

Extrait du Quotidien Jurassien
Saint-Ursanne la Fantastique -se veut également artistique A un (...)